Complications cardiovasculaires du diabète

Sommaire

Les diabètes sucrés, caractérisés par des épisodes fréquents d'hyperglycémie, affectent les vaisseaux sanguins et donc la santé du système cardiovasculaire. Les micro et les macro-angiopathies peuvent être à l'origine de complications cardio-vasculaires graves, voire mortelles.

Le plus souvent, l'hyperglycémie vient s'ajouter à d'autres facteurs de risque cardiovasculaire, comme l'hypertension artérielle, les troubles lipidiques, le vieillissement et la calcification des artères, le tabagisme et la consommation excessive d'alcool.

Le diabète, un facteur de risque cardiovasculaire

Le diabète sucré, qu'il s'agisse du diabète de type 1 ou du diabète de type 2, affecte la structure et l'intégrité des vaisseaux sanguins, en particulier les artères, et donc la santé vasculaire. Il est responsable de deux types d'atteintes différentes, liées à l'hyperglycémie :

  • les micro-angiopathies, qui correspondent aux atteintes des artères de petit calibre ;
  • les macro-angiopathies, qui correspondent aux atteintes des artères de moyen et de gros calibre. 

Les micro-angiopathies sont largement impliquées dans le pied diabétique et le risque d'amputation (secondaire à un ulcère dans 85 % des cas) chez le sujet diabétique. 

Les macro-angiopathies constituent, quant à elles, un facteur de risque cardiovasculaire, qui augmente considérablement le risque de complications cardiovasculaires. Les spécialistes considèrent que le diabète multiplie 2 à 3 fois les risques chez l'homme et 4 à 5 fois les risques chez la femme après la ménopause.

Au final, les complications de la macro-angiopathie diabétique représentent la principale cause de mortalité chez les sujets diabétiques.

Outre la macro-angiopathie, les sujets diabétiques peuvent cumuler d'autres facteurs de risque cardiovasculaire, augmentant d'autant leur risque cardiovasculaire global. Parmi ces autres facteurs de risque figurent : 

Pour les patients souffrant de prédiabète et atteints de pathologie cardiovasculaire, le risque de mortalité est augmenté de 36 %, de pathologie cardiovasculaire de 37 % et de coronaropathie de 15 %.

Quelles complications cardiovasculaires chez le diabétique ?

En augmentant le risque cardiovasculaire global, le diabète expose le sujet diabétique à une grande variété de complications cardio-vasculaires, dont aucune n'est spécifique du diabète :

  • l'hypertension artérielle, provoquée ou aggravée par le diabète ;
  • l'athérosclérose, qui correspond à une altération de la paroi des artères ;
  • les coronaropathies, ou maladies coronaires, dont la plus connue est l'angine de poitrine ou angor. Il s'agit d'atteintes des artères coronaires (grosses artères recouvrant la surface du cœur) ;
  • l'infarctus du myocarde, dont la fréquence dans la population diabétique est supérieure à celle de la population générale ;
  • les accidents vasculaires cérébraux (AVC), en particulier chez les patients diabétiques présentant également une hypertension artérielle et une hypercholestérolémie.

Compte tenu de leur multiplicité et de leur gravité, les complications cardio-vasculaires font l'objet d'un dépistage systématique, lors des consultations médicales trimestrielles et annuelles du patient diabétique.

Lire l'article Ooreka

Le suivi du sujet diabétique inclut notamment des consultations régulières chez un cardiologue. Le diagnostic de chaque complication repose sur des bilans médicaux spécifiques, le plus souvent prescrits par le médecin traitant ou le cardiologue (bilans sanguins, électrocardiogramme, test à l'effort, échographie cardiaque, écho-doppler des artères carotides, angiographie ou coronarographie, etc.).

Lire l'article Ooreka

Prévention et traitement des complications cardio-vasculaires

La prévention de la macro-angiopathie diabétique et donc des complications cardio-vasculaires associées au diabète repose sur :

  • le contrôle quotidien de la glycémie (autosurveillance glycémique) et le contrôle trimestriel de l'hémoglobine glyquée (HbA1c) ;
  • un traitement adapté et bien suivi du diabète ;
  • la prévention et/ou la prise en charge de tous les autres facteurs de risque cardiovasculaire, notamment :
    • le traitement diététique ou médicamenteux des troubles lipidiques,
    • le traitement strict de l'hypertension artérielle, avec le maintien d'une tension inférieure à 140/95 mmHg, si possible à 130/50 mmHg,
    • une aide à l'arrêt du tabac (sevrage tabagique),
    • une limitation de la consommation d'alcool, avec une prise en charge adaptée en cas de dépendance alcoolique, d'autant plus que la cirrhose hépatique constitue un facteur de risque d'AVC.

Par ailleurs, les sujets diabétiques, qui ont des antécédents familiaux de maladies ou d'accidents cardiovasculaires, doivent faire l'objet d'une surveillance renforcée et/ou de traitements plus intensifs. De façon générale :

  • la prévention des AVC passe par l’auscultation systématique annuelle des gros vaisseaux carotidiens et la réalisation d’échographie Doppler artériel ;
  • la prévention de l’artérite des membres inférieurs est dépistée par l’auscultation systématique annuelle des gros vaisseaux iliaques et fémoraux, la recherche des pouls pédieux et tibiaux postérieurs, l’examen soigneux des pieds ;
  • la mesure de l’indice de pression systolique cheville/bras est recommandée.

Si une complication cardio-vasculaire apparaît, elle doit être diagnostiquée précisément et être traitée de manière adaptée. Chaque complication nécessite des médicaments ou des traitements spécifiques.