Sommaire

 

Le diabète insipide, comme les diabètes sucrés, est une maladie qui se caractérise par une élimination excessive d'urines. En revanche, les mécanismes à l'origine du diabète sont très différents des diabètes sucrés et n'impliquent ni l'insuline, ni la glycémie.

Qu'est-ce que le diabète insipide ?

Le terme « diabète insipide » remonte à l'Antiquité, à l'époque où les médecins goûtaient les urines pour établir le diagnostic : l'urine très diluée du diabète insipide n'était ni sucrée ni salée.

Fonctionnement des reins

Les reins ont pour rôle de filtrer le sang, afin d'éliminer les déchets qu'il contient ; ils sont ensuite rejetés via les urines. Les reins sont composés de néphrons, des petites unités fonctionnelles qui se composent de deux parties :

  • les glomérules, qui filtrent le sang et produisent de l'urine primitive ;
  • les tubules, qui réabsorbent dans le sang une partie des éléments présents dans l'urine primitive.

Les glomérules rénaux filtrent ainsi chaque jour jusqu'à 180 litres de plasma sanguin, dont la quasi-totalité du volume est réabsorbée tout au long du million de tubules. Cette réabsorption concerne l'eau, mais aussi des électrolytes, tels que les bicarbonates, et des minéraux comme le sodium et le potassium, de manière à maintenir constante l'acidité et la composition du plasma sanguin.

Une partie de la réabsorption, en particulier celle de l'eau avant l'émission des urines, est contrôlée par la vasopressine ou hormone antidiurétique, sécrétée à la base du cerveau par l'hypothalamus et libérée dans le sang par l'hypophyse.

Mécanisme du diabète insipide

Le diabète insipide correspond donc à des pathologies caractérisées par un dysfonctionnement dans le processus de réabsorption d'eau à partir des urines primitives.

Les symptômes du diabète insipide sont principalement :

  • la polyurie, c'est-à-dire l'émission d'un volume important d'urines, pouvant aller jusqu'à 30 litres par jour ;
  • la polydipsie, c'est-à-dire une sensation anormale de soif qui conduit à l'ingestion de volumes importants de boissons pour tenter de satisfaire cette soif.

Au final, le rein est incapable de concentrer les urines. Celles-ci peuvent fréquemment atteindre 8 à 10 litres par jour et ne contiennent ni sucre ni albumine. Les urines sont très diluées et les concentrations en divers éléments très faibles. Même en diminuant et en contrôlant les apports en boissons, il est impossible de réduire la quantité d'urines.

Deux causes possibles de diabète insipide : le cerveau ou les reins

Selon la cause du diabète insipide, deux formes cliniques de la maladie sont considérées par les spécialistes :

  • Le diabète insipide central, dont l'origine est comme son nom l'indique centrale. Il est dû à une carence partielle ou totale en hormone antidiurétique (ADH ou vasopressine), produite et sécrétée par le complexe hypothalamus-hypophyse. Cette hormone a justement pour fonction d'empêcher l'élimination d'une trop grande quantité d'urines, pour prévenir tout risque de déshydratation de l'organisme. Elle joue un rôle clé dans la régulation du volume des urines. 
  • Le diabète insipide néphrogénique, dont l'origine est rénale. Dans cette forme clinique, la production et la sécrétion d'ADH est normale, mais les tissus rénaux ne répondent plus à l'action de l'hormone. Le rein ne réabsorbe plus l'eau de l'urine primitive, en réponse à l'action de la vasopressine. 

Causes du diabète insipide central

Selon la cause de la carence, partielle ou totale, en hormone antidiurétique, on distingue deux catégories de diabètes insipides centraux :

  • Les diabètes insipides secondaires, les plus fréquents : ils sont dus à une atteinte de la région hypothalamo-hypophysaire, suite à des causes très diverses :
    • un traumatisme crânien ou une lésion cérébrale au niveau de la base du cerveau ;
    • une intervention chirurgicale au niveau de la base du cerveau, par exemple pour retirer une tumeur cérébrale ;
    • une infection (méningite, encéphalite) ; 
    • une maladie systémique, comme la sarcoïdose.
  • Les diabètes insipides primitifs, beaucoup plus rares : ils ont souvent un caractère familial et peuvent être d'origine génétique.

Causes du diabète insipide néphrogénique

Ces formes de diabète insipide sont caractérisées par une insensibilité des tissus rénaux à l'action de la vasopressine. À nouveau, deux formes peuvent être distinguées :

  • Les formes primitives et héréditaires touchent surtout les filles, même si leur mode de transmission est récessif (les deux parents doivent être porteurs du gène défectueux pour transmettre la maladie). Le gène le plus souvent en cause est situé sur le chromosome X, ce qui protège les garçons (XY), mais ne protège pas les filles (XX). Ces anomalies génétiques induisent une absence de récepteurs hormonaux à l'ADH au niveau des tissus rénaux.
  • Les formes secondaires ou acquises sont liées le plus souvent à :
    • une intoxication touchant les néphrons, notamment suite à la prise de certains médicaments (lithium, antibiotiques de la famille des aminosides, etc.) ;
    • une lésion rénale, suite à un traumatisme, un accident, une tumeur ou une pathologie affectant les reins.

Vrai ou faux diabète insipide ?

L'émission d'importantes quantités d'urines ne témoigne pas forcément de l'existence d'un diabète insipide. Dans de nombreux cas, les urines abondantes sont liées à un volume important de boissons ingérées. Le volume des urines est, en effet, étroitement lié au volume des boissons, puisque le volume de plasma reste lui identique.

Dans le cas du diabète insipide, ce n'est pas l'ingestion d'importantes quantités de boissons qui provoque des volumes importants d'urines, mais les volumes importants d'urines qui entraînent une soif anormale.

Plusieurs troubles psychiatriques peuvent être à l'origine d'une ingestion anormalement élevée de boissons, notamment :

  • la potomanie : l'envie irrépressible de boire de l'eau ;
  • la dipsomanie : l'envie irrépressible de boire des boissons dangereuses ; 
  • les troubles de l'alimentation, comme l'anorexie mentale, où l'eau peut remplacer les aliments.

Les tests du diabète insipide permettent de différencier avec certitude ces troubles psychiatriques des vrais diabètes insipides.