Les traitements du diabète insipide

Écrit par les experts Ooreka

 

Le traitement du diabète insipide dépend en premier lieu de sa cause.

Diabète insipide : traitement de la carence totale ou partielle en hormone antidiurétique

En cas de carence absolue en hormone antidiurétique (diabète insipide central), le traitement constitue en l'administration d'un équivalent de synthèse à l'hormone naturelle manquante, la desmopressine.

Elle peut se faire soit par une pulvérisation dans chaque narine 3 à 6 fois par jour ou sous forme de comprimés à prendre 3 fois/jour.

Pour les diabètes insipides avec carence partielle, il existe des médicaments qui permettent de stimuler la sécrétion de l'hormone antidiurétique comme la carbamazépine.

Traitement du diabète insipide néphrogénique

En revanche, il n'y a à ce jour pas de traitement spécifique du diabète insipide néphrogénique. La seule réponse est de compenser les pertes urinaires par un volume suffisant d'eau la moins minéralisée possible (eau du robinet par exemple), avec un régime pauvre en sel et en potassium. Dans quelques cas le diabète insipide est amélioré par la prise paradoxale d'un diurétique, l'hydrochlorothiazide, et d'un anti-inflammatoire, l'indométacine au prix de divers effets secondaires, notamment digestifs. Les progrès en génétique permettent d'espérer un jour un traitement génétique spécifique.

Par ailleurs, dans les formes induites par un médicament, il est impératif d'arrêter le traitement en cause quand c'est possible (lithium utilisé contre les troubles psychiatriques bipolaires). Enfin, le traitement de la potomanie relève de la psychiatrie.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !