Traitement du diabète insipide

Sommaire

 

Le traitement du diabète insipide est étroitement lié au problème de santé qui en est l'origine. Il consiste à pallier au déficit partiel ou total en hormone antidiurétique dans le cas du diabète insipide central ou à compenser les pertes urinaires dans le cas du diabète insipide néphrogénique.

Selon la cause de la maladie, le traitement peut être ponctuel ou administré à vie. 

Traitement du diabète insipide central

Le diabète insipide central résulte d'un déficit, partiel ou total, en hormone antidiurétique (encore appelée la vasopressine).

Le traitement de cette pathologie repose sur plusieurs aspects complémentaires :

  • en cas de déficit partiel, un traitement médicamenteux destiné à stimuler la sécrétion de l'hormone antidiurétique, par exemple à base de carbamazépine ;
  • en cas de déficit total, un traitement hormonal pour pallier au déficit de l'hormone antidiurétique : un dérivé synthétique de la vasopressine, la desmopressine, est ainsi prescrit au patient. Elle est administrée, soit par pulvérisation nasale 3 à 6 fois par jour dans chaque narine, soit par voie orale, sous forme de comprimés à prendre deux à quatre fois par jour ;
  • dans les deux situations, une prise en charge de la cause du diabète insipide central, si elle est identifiée et curable : la chirurgie, la chimiothérapie et/ou la radiothérapie en cas de cancer, un traitement antibiotique en cas d'infection, une prise en charge adaptée en cas de maladie systémique. 

Parallèlement à ces traitements, il est capital de bien s'hydrater pour éviter tout risque de déshydratation et de troubles ioniques.

En effet, la desmopressine peut entraîner une baisse du taux sanguin de sodium (hyponatrémie). Les patients sous desmopressine doivent être informés de ce risque, qui peut entraîner de graves complications. Ils doivent également parfaitement connaître et savoir reconnaître les signes cliniques associés :

  • des maux de tête ;
  • des nausées ;
  • des vomissements.  

Face à de tels signes, il est impératif de consulter rapidement un médecin. 

Selon l'origine du diabète insipide central, le traitement doit parfois être prescrit à vie. Dans certains cas, le traitement peut être interrompu après une certaine durée, pour vérifier si le diabète insipide réapparaît ou non. 

Traitement du diabète insipide néphrogénique

Le diabète insipide néphrogénique correspond à une altération de la réponse des tissus rénaux à l'action de l'hormone antidiurétique, qui est pourtant normalement produite par l'organisme.

S'il existe des traitements spécifiques pour le diabète insipide central, il n'existe aujourd'hui aucun traitement spécifique du diabète insipide néphrogénique. La prise en charge de cette affection repose sur les aspects suivants :

  • La prise en charge de la cause du diabète insipide : le traitement de la maladie sous-jacente, l'arrêt du ou des médicaments ayant induit le diabète insipide néphrogénique, une prise en charge psychiatrique pour les sujets atteints de potomanie, etc.
  • Une hydratation suffisante et adaptée pour compenser les importantes pertes urinaires et éviter tout risque de déshydratation. Les apports en eau doivent cependant être contrôlés, pour éviter des séquelles graves.
  • La limitation des apports en sels minéraux et en protéines, notamment avec un régime pauvre en sel et en potassium et des apports alimentaires contrôlés en protéines. Un suivi diététique et des contrôles sanguins et urinaires réguliers sont nécessaires pour s'assurer du bon état d'hydratation et de l'absence de troubles ioniques, qui pourraient avoir de graves conséquences.  

Chez certains patients, la prescription d'un médicament diurétique, l'hydrochlorothiazide ou l'amiloride, ou encore d'un anti-inflammatoire, l'indométacine, permet de réduire les symptômes du diabète insipide néphrogénique.