Sommaire

 

Le diabète sucré, ou plutôt les diabètes sucrés, regroupent toutes les pathologies transitoires ou chroniques, caractérisées par une hyperglycémie, c'est-à-dire une élévation anormale de la glycémie (taux de glucose dans le sang).

L'origine du terme diabète sucré provient de la présence de glucose dans les urines, qui était utilisée pour diagnostiquer cette maladie avant l'avènement des techniques d'analyse médicale. 

Qu'est-ce que le diabète sucré ?

Le diabète sucré correspond à un dysfonctionnement dans les mécanismes de régulation de la glycémie (taux de glucose dans le sang).

En pratique, les dysfonctionnements concernent exclusivement l'insuline, qui est la principale hormone régulant le taux de glucose dans le sang. Selon le dysfonctionnement, plusieurs types de diabète sucré sont définis. Il est donc plus logique de parler des diabètes sucrés, plutôt que du diabète sucré. 

Diabète sucré vs diabète insipide

Le mot diabète dérive étymologiquement d'un mot grec signifiant « passer au travers ». Dans l'Antiquité, les patients atteints de diabète urinaient en quantité importante, dès qu'ils avaient bu, comme si l'eau ingérée les traversait sans pouvoir être retenue par l'organisme. 

Il faut toutefois noter qu'il existe deux grands types de diabète : le diabète sucré et le diabète insipide. Dans le diabète insipide comme dans le diabète sucré, les patients urinent abondamment et présentent une sensation importante de soif.

Pourtant, les mécanismes de ces deux pathologies sont très différents :

  • Le diabète insipide correspond à une déficience de l'hormone antidiurétique (vasopressine) ou à une résistance des cellules rénales à cette hormone. La conséquence est une incapacité des reins à réabsorber l'eau de l'urine primitive. Les urines sont abondantes, mais ne contiennent pas de sucre.
  • Dans les diabètes sucrés, l'insuline est absente, insuffisante ou les tissus cibles ne répondent plus correctement à son action. La glycémie augmente et dépasse les valeurs normales. Au-delà d'une certaine glycémie, l'organisme élimine une partie du glucose excédentaire dans les urines (glycosurie). Les urines sont alors abondantes et sucrées.

Différents types de diabète sucré

Il n'existe pas un diabète sucré, mais plusieurs types de diabètes sucrés, en fonction du dysfonctionnement dans la régulation de la glycémie :

  • le diabète de type 1, ou diabète insulinodépendant, lorsque la carence en insuline est totale (10 % de l'ensemble des cas de diabètes sucrés) ;
  • le diabète de type 2, ou diabète non-insulinodépendant, lorsque les tissus cibles deviennent résistants à l'insuline ou que la carence en insuline est partielle (90 % de l'ensemble des cas de diabètes sucrés) ;
  • le diabète gestationnel, seule forme transitoire de diabète sucré, car il apparaît au cours de la grossesse et disparaît le plus souvent dans les semaines qui suivent l'accouchement.

Diabètes sucrés : des maladies chroniques

Hormis le diabète gestationnel qui est une maladie transitoire (la durée de la grossesse), les diabètes sucrés sont des maladies chroniques, qui peuvent avoir des conséquences lourdes sur la santé à court, moyen et long terme.

Le diabète de type 1 débute souvent chez les sujets jeunes, tandis que le diabète de type 2 se développe le plus souvent dans la seconde moitié de la vie. Dans les deux cas, le risque de développer des complications est important après une dizaine d'années d'évolution de la maladie. Ces complications sont principalement dues à l'hyperglycémie chronique et/ou répétée (taux de glucose constamment élevé dans le sang et/ou régulièrement trop élevé).

Pour les prévenir, les traitements adaptés de chaque type de diabète sont absolument nécessaires, de même qu'un suivi médical régulier :

Lire l'article Ooreka