Détecter les signes d'hyperglycémie

Sommaire

Détecter les signes d'hyperglycémie

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

 

L’hyperglycémie n'est pas rare chez le patient diabétique. Elle peut être secondaire à un problème de traitement ou à une infection. Chez le patient non diabétique, elle annonce l'arrivée de la maladie. Dans tous les cas, l'hyperglycémie non contrôlée peut entraîner un coma acidocétosique. Il est donc important de savoir détecter les signes d’hyperglycémie.

Zoom sur les deux types de diabète

On distingue deux types de diabète.

Diabète de type 1

Le diabète de type 1 apparaît généralement dans l’enfance. Il est la conséquence d'un défaut de régulation du taux de sucre dans l'organisme consécutif à une carence partielle ou totale en insuline.

Son traitement consiste donc à suppléer le déficit en insuline par une administration quotidienne d’insuline, le plus souvent par des injections.

Diabète de type 2

Le diabète de type 2, qui se déclenche le plus souvent à l’âge adulte, résulte de l’association d'une mauvaise hygiène alimentaire et physique et d’une prédisposition génétique. Il se manifeste par un taux de sucre important dans le corps. L'organisme produit lui-même l'insuline de façon satisfaisante, mais cette dernière n'arrive pas à absorber le surplus de sucre.

Le traitement consiste alors à suivre un régime alimentaire et à avoir une activité physique suffisante, mais aussi parfois à prendre des médicaments dits hypoglycémiants. Lorsque le traitement oral, à posologie maximale, n'est pas suffisant, cela signifie que l'insuline n'est plus produite de façon efficace. On peut alors ajouter de l'insuline en injection.

1. Prévenir l’hyperglycémie

L’hyperglycémie est une hausse de la glycémie c’est-à-dire du taux de glucose dans le sang. Elle peut avoir de nombreuses causes.

Lire l'article Ooreka

Suivez correctement votre traitement

Un défaut de prise de traitement peut entraîner une hyperglycémie. Aussi :

  • Vérifiez la date de péremption de vos médicaments.
  • En cas d'utilisation d'insuline, soyez vigilant au bon fonctionnement du stylo-injecteur ou de votre pompe à insuline, ils peuvent parfois se boucher.
  • Respectez vos prescriptions et vos protocoles.
  • Si vous ne comprenez pas votre traitement, demandez à votre médecin de vous orienter vers des structures d'éducation thérapeutique (hôpitaux, cliniques…). Il s'agit de cours théoriques et pratiques, donnés par des professionnels de santé, qui vous permettront de mieux connaître votre maladie et sa prise en charge au quotidien.

Évitez les infections

Lors d'épisodes infectieux, votre organisme a encore plus de mal à gérer le taux de sucre dans votre sang. L'assurance maladie propose, par exemple, sans obligation, à tous les sujets diabétiques d'être vaccinés contre la grippe.

Chez le patient non diabétique

Chez un adulte qui n'est pas reconnu comme diabétique, l'hyperglycémie peut marquer la découverte de cette pathologie. Il faut donc éviter l'apparition du diabète et pour cela, avoir une bonne hygiène alimentaire et physique :

  • Ne pas manger trop gras, trop sucré.
  • Ne pas être en surpoids. Votre indice de masse corporelle (IMC) ne doit pas dépasser 25.
  • Faire aux moins 30 minutes d'exercices physiques 3 fois par semaine.
  • Voir son médecin une fois par an pour contrôler sa glycémie à jeun.

2. Reconnaître les signes d'hyperglycémie

Une hyperglycémie est définie par une glycémie supérieure à 2,3 g/L. Elle peut être découverte de façon fortuite par les patients qui contrôlent leur glycémie.

Elle s’installe lentement. Les symptômes arrivent de façon tardive, après plusieurs jours. Fréquemment, il existe une augmentation de la soif entraînant une augmentation du volume des boissons, une augmentation de production des urines, une mauvaise haleine, des douleurs au ventre (nausées, vomissement) et parfois une perte de poids. Il peut exister une somnolence qui doit vous alerter et vous faire consulter un médecin en urgence.

Devant une modification de la conscience (somnolence, comportement inhabituel), il faut consulter un médecin rapidement. En cas de doute, appelez le Samu : composez le 15 ou le 112 depuis un téléphone.

3. Réagir en cas d’hyperglycémie

Pour les patients non diabétiques

Il faut consulter un médecin afin qu’il vous prescrive des examens complémentaires pour rechercher un diabète.

Lire l'article Ooreka

Pour les patients diabétiques

Lorsque la glycémie est comprise entre 2,3 et 2,5 g/L :

  • Référez-vous d’abord au protocole que votre médecin généraliste ou votre diabétologue vous a prescrit.
  • Hydratez-vous correctement.
  • En cas d’ajustement de votre insuline, contrôlez votre glycémie après injection afin d’éviter dans ce cas une hypoglycémie.

Lorsque la glycémie est supérieure à 2,5 g/l, il y a un risque d’acidocétose. L’acidocétose peut se compliquer d’un coma. Aussi :

  • Si vous possédez des bandelettes urinaires qui détectent les corps cétoniques, il faut en faire une.
  • Si votre bandelette montre une présence de ces corps cétoniques, il faut voir un médecin en urgence. En attendant, il faut vous hydrater et ajuster votre insuline selon votre protocole.
  • S’il n’y pas de corps cétoniques, ajustez votre insuline comme vous l’a indiqué votre médecin tout en vérifiant votre glycémie. Il ne faut pas que cette dernière soit trop basse ni trop haute.
  • Si votre glycémie est > 2,5 g/l et que vous ne possédez pas de lecteur de cétones, il faut voir un médecin en urgence.